Chronique: Endgame

Endgame, de James Frey et Nils Johnson-Shelton.

Endgame, L’Appel : Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L’humanité tout entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d’années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre, résoudre la Grande Énigme. L’un d’eux doit y parvenir, ou bien nous sommes perdus. Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques. Ils ne sont pas immortels.

Endgame, La Clé du ciel : Il reste neuf joueurs et les règles ont changé. La première clé a été trouvée et le chaos est déclenché. Partout, manifestations pacifiques ou guerres civil agitent les populations, les médias se déchaînent… Et les joueurs continuent de jouer. Jouer, agir, se battre, c’est aussi s’oublier… Tandis que les neuf jeunes héros sillonnent furieusement le globe à la recherche de la deuxième clé, la révolte germe dans leurs esprits.

Bonjour à tous !
Voici donc ma première chronique sur Endgame, de James Frey et Nils Johnson-Shelton, aux éditions Gallimard. J’ai lu les deux premiers tomes de ce qui sera vraisemblablement une trilogie (des spin-off dédiés au récit de l’entraînement de chaque Joueur sont déjà sortis, et le troisième tome est à paraître courant octobre 2016).
Attention, je vais commenter les deux tomes, si vous n’avez lu que le premier, je risque de vous spoiler !

Pour changer un peu de mon univers dystopique, et donc post-apocalyptique, je me suis laissée tenter par un roman pré-apocalyptique ! Endgame, c’est l’histoire d’une fin du monde programmée, orchestrée par des êtres supérieurs, très mystérieux, censés être des dieux. Douze peuples anciens ont été choisis et ont une chance de survivre, si leur Joueur, leur élu, parvient à résoudre Endgame et à survivre. Si aucun ne survit, tout le monde mourra. On a donc les points de vue de chaque Joueur, douze au départ (leur nombre diminue vite : soit ils meurent, soit ils forment des alliances), et on les suit dans leur quête.
J’ai trouvé les deux tomes très bien, avec une préférence pour le premier. L’idée est originale, j’ai apprécié le fait qu’elle se situe avant la fin du monde, et que l’enjeu soit de l’empêcher. Bien sûr, les jeunes qui s’entretuent font penser à Hunger Games, mais les personnages sont fondamentalement différents, de même que la raison pour laquelle ils se battent.

Justement, parlons des personnages, un des éléments essentiels pour moi dans un roman. Première chose : ce sont des tueurs. Ils ont été désigné à leur naissance pour être des Joueurs jusqu’à l’âge de 20 ans ; si Endgame ne s’était pas déclenché, un autre Joueur aurait pris la place. Ils descendent de lignées très anciennes, et ils sont tous conscients de porter l’avenir de leur peuple sur les épaules. On a beaucoup de points de vue dans ces romans, ce qui complique un peu l’attachement aux personnages. Il est impossible de s’identifier à tous, parce que ce sont des tueurs, je l’ai dit, mais certains sont des psychopathes en puissance !

J’ai cependant beaucoup apprécié le personnage de Sarah, et son duo avec Jago, ou celui de Chiyoko. On peut s’identifier à eux, car ils sont humains (et là je lutte pour ne pas spoiler…). Mais des individus comme An Liu ou Baitsakhan (pas sûre de l’orthographe…) sont cinglés, et je pèse mes mots ! Leur présence, et la violence constate du roman (Hunger Games à côté, c’est un jardin d’enfants) instaure un climat assez dérangeant, presque malsain. C’est une lecture qui m’a remuée, un peu dérangée, sans me dégoûter de lire le moins du monde ! Mais la tension constante est particulière.
Le roman est captivant, sans doute grâce à cette atmosphère d’ailleurs, et écrit dans un style lui aussi particulier. En effet, c’est un style très synthétique et imagé : les phrases sont courtes, percutantes, et les auteurs ne rechignent pas aux détails, même les plus sanglants, ce qui crée particulièrement bien la tension dans les scènes (nombreuses !) de combats !

Cela m’amène à un défaut, pour moi, d’Endgame : les scènes de combats sont très nombreuses, donc, très détaillées, et très longues. Certaines ralentissent, à mon goût, la narration, à un moment où l’on attendrait justement une accélération. Je pense notamment à la fuite de Sarah et Jago, dans le tome 2, de l’hôtel, lorsqu’ils sont surpris par les forces de l’ordre, à Londres je crois (je suis tellement pas certaine de ce que j’écris, corrigez-moi si je me trompe). Il y a un long combat, au corps-à-corps, que j’ai trouvé complexe à comprendre (j’entends les différents coups, positions ou je-ne-sais-quoi d’un combat !), à suivre, et surtout long !

Peu présent dans le premier tome, on a dans le deuxième beaucoup plus d’aspects religieux, de croyances très anciennes, ou inventées (j’avoue ne pas savoir…), qui sont très intéressants, bien que peu développés, mais qui peuvent agacer quelques-uns. la complexité de l’intrigue peut être frustrante : on ne comprend pas grand-chose à ce qui se passe réellement, ce qu’est Endgame, qui sont les « dieux » qui le déclenchent, etc. Quelques réponses sont données dans le deuxième tome, mais le tout reste très mystérieux. Je pense (j’espère !) qu’on en apprendra plus dans le troisième tome. En attendant, le brouillard qui entoure notre lecture peut décourager !
Un dernier point à noter, selon moi, et qui n’est pas réellement un défaut, est la violence omniprésente : ce n’est clairement pas un roman pour enfant ! Je pense que le déchaînement de meurtres, de sang et de cruauté peut rebuter certains lecteurs, j’ai moi-même eu du mal par moments, les auteurs ne nous épargnant que rarement les détails. Mais cela contribue à instaurer cette atmosphère si particulière, lourde, dont je parlais plus haut, et qui rend le roman très intéressant.
Un mot sur les couvertures: superbes! Très sobres, avec une dose de mystère quant au symbole des deux serpents, et des couleurs vives qui accrochent l’œil!

Est-ce que je lirais le dernier tome ? Sans doute, parce que je veux savoir comment la Terre sera sauvée, si elle l’est, et les réponses à toutes ces énigmes ! Je vous conseille ces romans, si vous n’êtes pas trop jeunes, et friands d’atmosphères lourdes et mystérieuses, d’enquêtes complexes, saupoudrées de mysticisme !

Voilà, j’espère que cette chronique vous aura plu, en tout cas, je croise les doigts. J’ai essayé d’éviter les spoilers, et je crois que j’ai réussi, ouf ! Ceci étant ma première chronique, je suis avide de conseils et de commentaires. En attendant, je vous dis à très bientôt !
Keiry
P.S. : Il y a une énigme disséminée dans les pages des deux romans, et 25000$ à gagner. Bon courage…

Ma note sur Livraddict: 15/20 au tome 1. 14/20 au tome 2.

LISEZ LE LIVRE. TROUVEZ LES INDICES. DÉCRYPTEZ L’ÉNIGME.
ENDGAME EST UNE RÉALITÉ. ENDGAME A COMMENCÉ.

Publicités

2 commentaires sur « Chronique: Endgame »

  1. Hello !
    Alors d’abord, encore bienvenue sur la blogosphère ! 😀
    Ensuite, sur Endgame, il est déjà dans ma wishlist (comme la plupart des livres de la planète XD), mais j’ai encore plus envie de le lire ! (je vais passer pour une psychopathe si je dis que c’est la violence qui m’intrigue ? XD) Et le côté mystique à l’air sympa aussi ! Enfin je te dirai quand je l’aurai lu ! ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s